Transaction non valide en raison d’une formulation générale

Un salarié a été licencié pour faute grave. Il a ensuite conclu une transaction. Il a saisi ultérieurement la juridiction prud’homale afin d’obtenir réparation d’une discrimination pratiquée à son encontre en raison de son orientation sexuelle du fait de sa non accession à des fonctions de sous-directeur.

Selon la Cour d’appel, la discrimination n’avait pas été l’objet de la transaction. Or, l’article 2048 du Code civil dispose que : »les transactions se renferment dans leur objet (…) ».

La Cour de cassation approuve les juges du fond. Elle affirme qu’ : »ayant relevé qu’en dépit de l’insertion d’une formule très générale, la transaction ne faisait état que d’un litige portant sur la rupture du contrat de travail, la Cour d’appel  a estimé que la discrimination alléguée par le salarié n’était pas incluse dans cette transaction; que le moyen, qui s’attaque en ses deux dernières branches à des motifs surabondants, n’est pas fondé. »

(Cass. soc. 24 avr. 2013, n°11-15204)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s